Vous êtes sur la page Accueil > Territoires augmentés > Espaces programmés : jeux vidéo versus urbanisme

Espaces programmés : jeux vidéo versus urbanisme

  Publié le mardi 4 février 2014, par Espace Jean-Roger Caussimon

Président de GameLab Agency, Nicolas Rosette œuvre à la promotion et l’accompagnement de la production et de la diffusion de projets artistiques et intellectuels autour de l’innovation, des technologies et principalement du jeu vidéo.

La rencontre en écoute

Dans les jeux vidéo, les espaces et les interactions possibles du joueur ou de ses personnages sont le fait d’une programmation. À l’exception des possibles bugs, il n’est possible de faire que ce qui est prévu par le programme et les règles du jeu. C’est d’ailleurs le système ainsi créé qui fait « jeu », et plaisir du jeu. Lorsque l’on compare la création de mondes vidéoludiques à la programmation urbanistique contemporaine, on trouve d’étranges similitudes. Mais là où dans un monde numérique la contrainte fait partie du jeu, elle devient règle aliénante et simpliste pour le monde physique et social.