Vous êtes sur la page Accueil > Mémoires dans la cité > Villepinte

Villepinte

  Publié le vendredi 13 décembre 2013, par Célia Nicolas-Nelson

Villa Picta est la forme ancienne de Villepinte, là où les larges plaines étendues contenaient de nombreuses forêts de hêtres, de châtaigniers et de chênes ce qui permettaient de magnifiques excursions aux promeneurs.

Villepinte est aussi comme Tremblay-en-France une ville qui se situe dans le Pays-de-France. Comme Tremblay, cette ville aussi était vouée à l’agriculture.

La ville se développa principalement au Sud, près du chemin de fer et du canal de l’Ourcq. Vers les années 1920, arrivent à Villepinte les premiers lotissements qui se situeront au Vert Galant. Après la construction de la gare vers 1928, les ouvriers travaillant dans les usines d’Aulnay-sous-Bois et de Sevran viendront emménager dans ces lotissements. Le quartier de la gare du Vert-Galant se développe peu à peu avec de nombreux commerces.

La ligne de Rivecourt, qui devait prolonger la ligne Paris-Soissons, de Senlis jusqu’à Rivecourt, devait quant à elle passer dans le nord de la ville, près du Sanatorium. Les habitants du nord de la ville ainsi que les occupants du Sanatorium étaient ravis. Cependant, au bout d’une quinzaine d’année de débat sur ce projet, il fût abandonné. Nous pouvons encore voir au chemin de Savigny, ce qui reste de la ligne Rivecourt.

C’est donc la partie sud de la ville qui connaît un afflux au niveau de sa population, Villepinte se voit alors édifier l’église Saint-Vincent-de-Paul. Une église qui n’est plus, alors, dépendante de son Vieux-Pays. Le Sanatorium, constitué du château Rouge et de ses 11 hectares, est, à l’origine, un « pensionnat » pour soigner les personnes atteintes de phtisie et de tuberculose. Mais avec la baisse du nombre de malade, le Sanatorium devient un établissement pour s’occuper des personnes arrivant en fin de vie. L’Hôtel de Ville fait lui aussi parti de la richesse historique de la ville. Il était à la fois mairie et école en 1848. Le Vieux-Pays de Villepinte apparaît quant à lui délaissé par les autres quartiers, avec toujours le caractère agricole d’antan.

La gare du Vert Galant est une des infrastructures historiques de la ville, ainsi que pour celle de Tremblay d’ailleurs. C’est elle qui va redynamiser ces deux villes. La deuxième école de Villepinte s’ouvrira ainsi au Vert-Galant. En effet, sur 240 enfants en âge d’aller étudier, seuls 60 enfants étaient scolarisés à l’école du Vieux-Pays, les routes étant délabrées - surtout en hiver où elles étaient impraticables - empêchant l’accès à l’école du Vieux-Pays.

À partir des années 1960, la ville connait une grande métamorphose. En premier lieu elle met en place une zone urbaine, située sur plusieurs communes telles que Tremblay-en-France, Aulnay-Sous-Bois, Sevran et elle-même. On appellera cette zone, une zone à urbaniser en priorité (ZUP) qui comprendra une zone d’activité et la perspective de 3 000 logements. Deux grands ensembles vont alors apparaître. L’un sera situé au parc de la Noue, soit le premier quartier de Villepinte de l’époque. Le second sera situé à la Fontaine Mallet. Vers 1980 de nouveaux quartiers apparaissent : Pasteur, les Mousseaux, la Haie Bertrand. Ces nouveaux quartiers qui apparaissent dès les années 70-80, font preuve d’innovation architecturale. Grâce à ces quartiers, Villepinte connaît une forte avancée démographique.

Avec la naissance du parc des Expositions, qui est un ensemble de 88 hectares, c’est son activité qui devient plus importante. Le parc est en effet constitué de nombreux secteurs d’activités qui sont tous différents. Il passera de 117 000 mètres carrés à 160 000 entre 1982 et 1990. Il permettra à Villepinte d’avoir une activité assez intense.